Les hémoptysies: Définition, Diagnostic et étiologies

I – DÉFINITION

On appelle hémoptysie le rejet par la bouche dans un effort de toux de sang provenant des voies aériennes sous-glottiques.

II - DIAGNOSTIC

A) DIAGNOSTIC POSITIF

- Il est facile quand on assiste à l’hémoptysie.
- Il est plus difficile quand on n’y assiste pas. Il faut alors un interrogatoire minutieux afin de préciser les éléments suivants :
  • L’existence de prodromes : chaleur rétro-sternale, chatouillement laryngé.
  • Le rejet du sang après un effort de toux.
  • L’aspect du sang qui est rouge et aéré.
  • Répétition des hémoptysies au cours de la journée.
  • Quelques jours après l’hémoptysie, les crachats contiennent des petites particules de sang noirâtre : « queue de l’hémoptysie ».

B) DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL.

Il se pose quand on n’a pas assisté à l’hémoptysie. Il faut éliminer les autres causes de rejet de sang par la bouche :
  • Les hémorragies gingivales et les épistaxis.
  • Et surtout les hématémèses. Habituellement, les hématémèses sont caractérisées par :
  • Des prodromes à type de nausées.
  • Le rejet du sang après un effort de vomissement généralement sans répétition dans la journée.
  • L’aspect noirâtre du sang non aéré, mélangé à des particules alimentaires.
  • Quelques jours après l’hématémèse, les selles contiennent du sang digéré noirâtre appelé méléna.

C) DIAGNOSTIC DE GRAVITE

1- HÉMOPTYSIE FOUDROYANTE : entraîne le décès en quelques secondes.
2- HÉMOPTYSIE DE GRANDE ABONDANCE. Elle correspond au rejet brutal d’une grande quantité de sang entraînant un état de choc hémorragique qui nécessite un traitement d’urgence.
3- HÉMOPTYSIE DE MOYENNE ABONDANCE. C’est le rejet d’environ 100 à 200 cc de sang. Il est souvent précédé de prodromes. Elle entraîne un retentissement général : angoisse, pâleur, hypotension artérielle et tachycardie.
4- HÉMOPTYSIE DE FAIBLE ABONDANCE OU MINIME, sous forme de crachats sanglants ou de stries de sang mêlées à des crachats. Généralement, elle est sans retentissement général, mais sa répétition peut entraîner une anémie.

D) QUELQUE SOIT SON ABONDANCE , L’HÉMOPTYSIE A LA MÊME VALEUR SÉMIOLOGIQUE ET IMPOSE UN BILAN POUR RECHERCHER L’ÉTIOLOGIE.

IV) CAUSES DES HÉMOPTYSIES

Certaines causes sont évidentes : affection connue, cliché suggestif. D’autres doivent être recherchées par l’interrogatoire, l’examen physique, la radiographie pulmonaire, éventuellement d’autres examens complémentaires. On distingue les causes broncho-pulmonaires et les causes cardio-vasculaires. Certaines hémoptysies sont d’origine iatrogène. Dans certains cas, l’hémoptysie reste sans cause apparente.

A) CAUSES BRONCHO-PULMONAIRES.

- La tuberculose sous ses différentes formes. Il peut s’agir de tuberculose parenchymateuse, de tuberculose bronchique ou ganglio-bronchique, ou encore de séquelles de tuberculose, notamment l’aspergillome.
- Le cancer bronchique. Il est à redouter chez les fumeurs après la quarantaine.
- Les dilatations des bronches. Les hémoptysies peuvent être isolées (forme hémoptoïque sèche) ou mêlées à du pus, sous forme de crachats hémopurulents.
- Le kyste hydatique au stade de fissuration ou de rupture.
- Le traumatisme thoracique.
- De façon générale, presque toutes les affections broncho-pulmonaires peuvent entraîner des hémoptysies.

B) CAUSES CARDIOVASCULAIRES. 

Les principales sont :
- L’œdème pulmonaire hémoptoïque le plus souvent secondaire à un rétrécissement mitral.
- L’infarctus pulmonaire secondaire à une embolie pulmonaire.

C) HÉMOPTYSIE SANS ÉTIOLOGIES APPARENTES.

Certaines hémoptysies, de petite abondance surtout, restent inexpliquées. Elles nécessitent une surveillance médicale répétée (rechercher un trouble de l’hémostase).

Enregistrer un commentaire

Post a Comment (0)

Plus récente Plus ancienne