les céphalées; Clinique, étiologie et traitement

I Introduction :

-Les céphalées sont l’ensemble des douleurs ou des sensations désagréables au niveau de la tête
-Motif de consultation très fréquent
-La démarche diagnostique repose sur l’interrogatoire et l’écoute du patient
-Ce sont les céphalées récentes ou inhabituelles qui imposent un bilan à la recherche d’une étiologie
-Les céphalées chroniques sont dominées par les migraines et les céphalées psychogènes.

II Examen du patient céphalalgique : 

A  Interrogatoire :

-C’est le temps essentiel de l’examen (80% du diagnostic)
-Doit être minutieux, prolongé et répété
-Il doit préciser :
  •  L’intensité de la douleur
  •  La qualité de la douleur (pulsatile, pesanteur…)
  •  La topographie (bitemporale, unilatérale, occipitale)
  •  L’évolution dans le temps (aigue, chronique ou périodique)
  •  Rythme évolutif
  •  Facteur  d’accompagnement  (signes  visuels,  phosphésies,  nausées,  vomissement,
amaigrissement, dépression)

  •  Facteur déclenchant (position, soleil, courant d’air).

B  Examen clinique  : 

-Examen du crane, faciès, sinus, rachis
-Examen neurologique
-Fond d’œil
-Examen général surtout examen cardio-vasculaire avec prise de tension artérielle.

C Examens complémentaires : 

-Souvent inutiles
-Sont  indiqués  dans  les  céphalées  aigues  inhabituelles  ou  il  existe  des  signes  d’appel :  signes
méningés, signes neurologiques en foyer, sinusite.

III Diagnostic étiologique : 

A Céphalées primitives ou essentielles: 

1 Migraine :

a.  Fréquence et physiopathologie : 
-Elles sont très fréquente, 10% de la population surtout chez la femme
-Le mécanisme : trouble vasomoteur cérébral  avec vasoconstriction avant la crise migraineuse, ce
qui explique les auras puis la vasodilatation pendant les céphalées
Il  ya  également  une  perturbation  biochimique  qui  implique  des  neurotransmetteurs  (sérotonine,
catécholamine, histamine)  ---> rôle algogène.
b.  Clinique : 
-La migraine commune : céphalée surtout unilatéraleou alternante, elle est pulsatile, s’accompagne
parfois des nausées et vomissement durant en moyenne une journée
Au cours de la crise, le malade évite la lumière etle bruit. Il existe souvent un facteur déclenchantet
il existe une périodicité des crises.
c.  Variétés cliniques : 
-Migraine ophtalmique : le début se fait par un scotome scintillant puis 20 à 30 minutes plus tard
début des céphalées
-Migraine accompagnée :
    •  Hémiplégique : déficit moteur avant et après la crise transitoire
    •  Ophtalmoplégique : la céphalée suivie d’une paralysie du III
    •  Basilaire : base du crane, incoordination cérébelleuse, acouphènes ou des signes visuels.
d.  Traitement : 
Il se compose de deux parties :
-Traitement  de  la  crise :  antalgique,  AINS,  Triptans  (traitement  de  la  crise  au  début  avant  que  le
trouble vasomoteur ne se généralise)
-Traitement de fond en cas de crise fréquente
   •  Antidépresseurs : Laroxyl*
   •  Dérivés d’ergotamine : Ikaran*
   •  B Bloquants : Avlocordyl.

2  Céphalées psychogènes :

-Sont très fréquentes, moitié de céphalée
-Diagnostic d’exclusion
-Cliniquement :  céphalées  très  variables  (peut  changer  de  topographie)  peut  être  une  masse  au
niveau  du  vertex  (sommet  de  la  tête),  une  tension  musculaire  occipitale  et  au  niveau  du  rachis
cervical
Les céphalées sont chroniques, accompagnés d’anxiété et de dépression
-Traitement : psychothérapie et le traitement de l’anxiété et la dépression.
3 33 3. .. .  Névralgie Névralgie    vasculaire vasculaire    de la face de la face    : :: :
-Affection rare
-Elle touche surtout le sujet jeune 20-30 ans surtout sexe mal
-Clinique :  douleur  unilatérale  associée  à  des  signes  symptomatiques  homolatéraux  à  la  douleur
(rougeur, larmoiement des yeux, écoulement nasal).

4 Névralgie faciale essentielle :

-Surtout le sujet de 50 ans, surtout de sexe féminin
-Clinique :  douleur  intense  paroxystique,  en  décharge  électrique,  unilatérale,  localisée  dans  le
territoire du Trijumeau ou l’une de ses branches
-Facteur déclenchant : contact cutané
-Examen neurologique normal
-Traitement : .Carbamazépine : Tgretol*
.Nevontin
B Céphalées symptomatiques :

1 Céphalées post-traumatiques :

-Soit elles sont précoces il faut éliminer une complication (hémorragie)
-Soit  tardives,  ca  peut  être  un  hématome  sous  dural,  souvent  il  s’intègre  dans  le  syndrome
fonctionnel des traumatisés du crane.

2 Affection localisée « céphalée du spécialiste » :

-D’origine ophtalmique :
-D’origine ORL : sinusite
-D’origine rachidienne : arthrose cervicale.

3 Affections neurologiques  :

-HTIC : céphalée de 2ème partie de la nuit rebelle au traitement avec vomissement
-Pathologie méningée.

4 Maladies générales :

-Horton : urgence médicale (artérite temporale d’Horton)
•  Souvent sujet au delà de 50 ans qui présente des céphalées unilatérales au niveau de la tente
avec AEG, AMG et un syndrome inflammatoire VS accélérée
•  Examen clinique : artère temporale indurée non battante
•  Diagnostic : biopsie de l’artère temporale : artérite giganto-cellulaire
•  Traitement : corticothérapie car risque de perte devue et AVC
-HTA
-Intoxications : oxyde de carbone
-Intoxication médicamenteuse : Théophylline.

IV Conclusion : 

L’interrogatoire joue un rôle important dans la distinction des céphalées chroniques et aigues.
les céphalées; Clinique, étiologie et traitement Reviewed by Nabil CH on 16:39 Rating: 5
All Rights Reserved by Cours De Medecine © 2014 - 2016

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.