Hormones antéhypophysaire

TSH (hormone thyréotrope) :
↑ la sécrétion des hormones thyroïdienne (T3 et T4) par la glande thyroïde
La sécrétion de TSH subit un contrôle positif par la TRH et rétrocontrôle négatif par la T3 et contrôle négatif continu par la somatostatine et la dopamine
La réponse de la TSH est ↓ au cours du jeûne et ↑par le froid
Sa sécrétion suit un rythme circadien avec un maximum la nuit.
ACTH : (hormone adrénocorticotrope)
Action : Contrôle la sécrétion du cortisol et la croissance du cortex surrénal. Elle peut aussi agir directement (si hypersécrétion)sur la lipolyse, les lymphocytes, ↑de la pigmentation cutanée en stimulant la synthèse de la mélanine.
Synthèse à partir de la pro-opio-mélanocortine → ACTH, β et γ-lipotropine et la β-endorphine. L’activité MSH (stimulation de la production de la mélanine) est associée à plusieurs de ces peptides.
La sécrétion est pulsatile avec des pics plus marqués dans les dernières heures de la nuit et un nadir (↓↓) dans la soirée → variation circadienne de la cortisolémie
Cette sécrétion est de plus↑par la CRH hypothalamique qui suit lui même un rythme circadien. Elle ↑aussi dans toutes les situations de stress (hypoglycémie, chirurgie, infections)
Hormones gonadotropes (LH, FSH)
Leurs, sécrétion est stimulée par la GnRH. La sécrétion de GnRH est inhibée par la dopamine et les endorphines, et stimulée par la noradrénaline. L’influence de la lumière sur la rétine agit sur sa libération de manière circadienne. Les phéromones et le stress ↑sa sécrétion.
La sécrétion suit un rythme pulsatile. Chez la femme elle suit aussi un rythme menstruel.
La sécrétion de la LH est inhibée par la testostérone (produit par les cellules de Leydig du testicule et par les cellules interstitielles de l’ovaire), et par l’œstradiol (cellule de la granulosa et cellules de Sertoli).
La sécrétion de la FSH est bloquée par l’inhibine (cellules de Sertoli)
La prolactine inhibe la libération de la GnRH et ↓ la concentration de FSH et LH.
Chez l’homme, la FSH stimule la spermatogenèse tandis que la LH active la sécrétion de testostérone.
GH (hormone de croissance)
La synthèse de la GH est ↑ par la GHRH et inhibée par la somatostatine (en synergie avec la cortisol et le T3)
Les facteurs influençant ↑de la sécrétion de la GH : hypoglycémie, hypolipidémie, stress…
Actions de la GH :
  • Effet métabolique direct : lipolyse, effet anabolisant et résistance à l’insuline. 
  • Stimule la croissance staturale par l’intermédiaire de la somatomédine (IGF) 
Les anomalies : déficit en GH (nanisme harmonieux), déficit en IGF (Kwashiorkor), ↓ des récepteurs de GH (pygmées), anomalies de récepteurs (S de Laron)
La prolactine
Sa sécrétion ↑au cours de la grossesse (répondant à ↑de l’œstrogène). C’est la succion du mamelon qui la maintient après la gestation.
Sa sécrétion est inhibée par l’hypothalamus d’une manière continue (La PIF = dopamine). La bromocriptine est utilisée comme traitement dans le prolactinome. Sa sécrétion est aussi inhibée par la somatostatine et par sa propre sécrétion.
Actions : initie le développement de la glande mammaire et sécrétion du lait.
Si la prolactine et en excès, elle va bloquer la synthèse de la GnRH et inhibe l’ovulation chez la femme (aménorrhée) et la spermatogenèse chez l’homme.
Cellules
% de la population
Produit
Cible
Corticotrope

Thyréotrope
Gonadotrope
Somatotrope
Mammotrope
15-20%

3-5%
10-15%
40-50%
10-25%
ACTH,
 lipotropine
TSH
LH, FSH
GH
Prolactine
Surrénale
Tissu adipeux
Thyroïde
Gonades
Tous les tissus
Glandes mammaires


Remarque : la FSH, la LH, la TSH et la HCG ont une sous unité α commune.
Hormones antéhypophysaire Reviewed by Nabil CH on 20:12 Rating: 5
All Rights Reserved by Cours De Medecine © 2014 - 2016

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.