Axe hypothalamo-hypophysaire : physiologie et exploration


 L’hypophyse est une glande endocrine appelée également glande pituitaire. Elle est composée de 2 portions : l’adéno-hypophyse ou antéhypophyse et la neuro-hypophyse ou posthypophyse.
-  Axe hypothalamo-hypophysaire ou appareil hypothalamo-hypophysaire désigne l'ensemble des relations qui s'établissent entre l'hypothalamus et l'hypophyse. Ces relations sont de 2 types :
o   Relations d'ordre vasculaire avec l'antéhypophyse
o   Relation de continuité d'ordre nerveux avec la posthypophyse 
-  L'hypothalamus contrôle l'ensemble des fonctions hypophysaires tout en subissant un rétrocontrôle hypophysaire ou des organes cibles de l'hypophyse.
-  L’hypophyse contrôle 3 grandes fonctions de l’organisme : la croissance, la reproduction et la nutrition.
I- Physiologie :
A- Régulation de la sécrétion adéno-hypophysaire :
-  L’activité sécrétoire des cellules de l’adéno-hypophyse est réglée par des hormones produites dans l’hypothalamus et délivrées aux cellules de l’antéhypophyse grâce aux capillaires du système porte hypothalamo-hypophysaire.
-  Les hormones hypothalamiques agissent sur l'adéno-hypophyse par l'intermédiaire de récepteurs à AMPc.
Les hormones hypothalamiques stimulantes
-  TRH (thyrotropin releasing hormone) :
o   Tripeptide sécrété en grande partie dans l’hypothalamus et provoque une sécrétion rapide et maximale (20mn) de TSH et de prolactine chez l’homme.
o   La TRH est sécrétée dans d’autres régions du cerveau et notamment dans un noyau de l’aire préoptique. Les thermorécepteurs sont proches de cette région. Une ↓ de la température entraîne une ↑ de la libération de TRH et inversement.
-  Gn-RH ou LH-RH (Luteotropin Releasing Hormone) : décapeptide qui déclenche une sécrétion rapide et maximale (20mn) de LH, suivie de FSH mais avec un certain décalage par rapport à LH.
-  CRH (Corticotropin Releasing Hormone) : il permet la libération de l’ACTH.
-  PRH (Prolactin Releasing Hormone) : il permet la libération de la PRL.
-  GH-RH (Growth Hormone Releasing Hormone) : il permet la libération de la somatotropine (hormone de croissance).
 Les  neuro-hormones inhibitrices
-  SRIF (Somatotropin Release Inhibiting Factor) ou Somatostatine :
o   Décapeptide qui inhibe la sécrétion de la GH.
o   Il diminue également celle de TSH.
o   La somatostatine bloque la sécrétion de l’insuline, du glucagon et de la gastrine.
-  PIF (Prolactin Inhibiting Factor): bloque la sécrétion de PRL.
-  MIF (Melanocyte Hormone Inhibiting factor): bloque la libération de la MSH (hormone mélano stimulante).
B- les hormones de l’adéno-hypophyse
-  L’antéhypophyse sécrète différentes hormones dont les unes agissent sur des glandes endocrines (TSH, ACTH, FSH, LH) et d’autres interviennent directement au niveau des tissus (STH, PRL).
1- les hormones glycoprotéïques : TSH et les hormones gonadotropes (FSH, LH)
-  Ces hormones sont des glycoprotéines, formées de 2 chaînes peptidiques α et β
-  Pour ces 3 hormones, α est similaire et n’a pas d’activité biologique. β varie d’une hormone à l’autre (spécifique); elle est active en association avec α, et faiblement active seule.
-  TSH : thyréotropine stimulating hormone ou hormone thyréotrope
o   effets sur le corps thyroïde : ↑ de son poids et de sa vascularisation, de la captation de l'iodure, de la synthèse de thyroglobuline et des hormones thyroïdiennes
o   il agit par l'intermédiaire de récepteurs membranaires à AMP cyclique.
-  LH : luteinizing hormone ou hormone lutéïnisante
-  FSH ou hormone folliculostimulante.
o   Chez la femme :
-               FSH est responsable de la maturation des follicules.
-               LH et FSH permettent l'ovulation.
-               LH influence la fonction du corps jaune est la sécrétion de progestérone et d'oestrogènes.
o   Chez l’homme :
-               FSH et LH sont nécessaire à la spermatogenèse
-               LH stimule la synthèse et la sécrétion de testostérone par les cellules de Leydig
-               FSH stimule le développement des tubes séminifères, l’initiation et la maturation des spermatozoïdes.
2- PRL ou LTH
-  La prolactine agit directement sur les tissus périphériques (foie, ovaire, testicule ...) et notamment sur la glande mammaire.
-  La PRL seule a peu d’effet; elle induit la sécrétion lactée après une préparation de la glande grâce aux oestrogènes, progestatifs…
3- ACTH (Adrenocorticotropin Hormone) : stimule de la synthèse et de la libération des hormones corticosurrénaliennes et plus particulièrement le cortisol.
4- GH ou STH
-  Effets sur la croissance et le métabolisme protidique : effet anabolisant 
o   Favorise la croissance cellulaire et la réplication de l'ADN : stimule la croissance des cartilages de conjugaison, ↑ la masse musculaire et hypertrophie les viscères, le foie, le rein, le pancréas. (Bilan azoté positif)
o   Chez les adultes dont les épiphyses sont fermées, la GH initie la chondrogénèse et l’ostéogenèse responsable d’acromégalie.
o   Un manque de GH avant la puberté se traduit par un nanisme harmonieux.

-  Effets sur la croissance et le métabolisme lipidique : stimule la lipolyse ce qui entraîne la libération des AGL qui constituent un apport énergétique important pour l’organisme.
-  Effets sur le métabolisme des glucides :
o   favorise la glycolyse cellulaire au niveau du foie (effet diabétogène) puis inhibe l’action de l’insuline sur l’entrée du glucose dans le muscle.
o   Les taux de GH s’élèvent pendant le jeûne pour contribuer avec le cortisol, l’adrénaline et le glucagon au maintien de la glycémie.
-  Effets sur le métabolisme minéral :
o   ↑ la réabsorption tubulaire rénale du phosphore (hyperphosphorémie)
o   calciurie par ↓ de la réabsorption tubulaire rénale du calcium
o   mais comme l’élimination fécale est diminuée par ↑ de l'absorption intestinale du calcium, le bilan du calcium peut rester positif.
C- les hormones de la neuro-hypophyse :
-  La neuro-hypophyse a une structure essentiellement nerveuse. Les fibres nerveuses proviennent des noyaux supra-optiques (SO) et para-ventriculaires (PV).
-  La vasopressine et l’ocytocine sont les principales neuro-hormones post hypophysaires. La synthèse a lieu dans les cellules nerveuses des 2 noyaux hypothalamiques SO et PV et de là, les hormones sont transportées, associées à la molécule transporteuse (neurophysine) par les axones, le long de neurotubules jusqu'à l'hypophyse postérieure où elles seront ensuite stockées et libérées en fonction des besoins.
1- hormone antidiurétique (ADH) ou vasopressine :
-  Sécrété lorsque :
o   l’osmolarité plasmatique > 280mOsm/kg H2O
o   hypotension artérielle (hémorragie importante) ou  ↓ du volume sanguin central stocké dans le système veineux à la suite d’une hémorragie modérée
o   ↑ de la température du sang
o   le système nerveux sympathique est mis enjeu (émotion, exercices physiques, tétée...)
Rq : la nicotine ↑ la libération 1’ADH, l’alcool la baisse.
-  Il agit sur les portions les plus distales du néphron où elle favorise la réabsorption de l'eau (tube distal et canal collecteur). L’ADH se fixe sur un récepteur membranaire V2 lié à une protéine Gs qui active l’adényl-cyclase et forme l’AMPc
§  A très forte dose, il est hypertensive (vasoconstriction)

2- Ocytocine
-  Au niveau de la glande mammaire prête à la lactation, l’ocytocine permet l’éjection du lait.
-  Elle entraîne des contractions utérines maximales au moment du terme, d’où son utilisation pour faciliter la délivrance du fœtus.
-  Pour que l’ocytocine puisse agir efficacement, il faut une imprégnation préalable de la glande mammaire et de l’endomètre par les hormones caractéristiques de la gravidité : oestrogènes, progestérone, prolactine.
II- Exploration :
1- Bilan biologique : hypophysiogramme statique complet et dynamique orienté.
-  Axe corticotrope :
o   Cortisol matinal (car cycle nycthéméral) : par méthode immunoenzymatique = 300 à 550nmol/l
o   ACTH plasmatique : par radio immunologie = 20 à 30ng/l à 8h du matin
o   Cortisol libre urinaire = 85 à 250nmol/j
o   Epreuve de freinage à la dexaméthazone (dectancyl* = analogue structural du cortisol) : entraîne une inhibition de l’axe hypothalamo-hypophysaire ] ↓ ACTH et ↓ de la cortisolémie
o   Epreuve de stimulation à l’ACTH (test au synacthène)
-  Axe somatotrope :
o   Taux de base de la GH et de IGF1
o   Cycle de GH plasmatique et GH urinaire.
o   Test de freinage de GH à l’HGPO
-  Axe thyréotrope :
o   Hormones thyroïdiennes) et TSH : par radio immunologie et méthode immunoenzymatique 
o   FT3 = 2 à 5ng/l
o   FT4 = 10 à 20ng/l
o   TSH = 1 à 4mu/l
o   Test de stimulation à la TSH, au Néomercazole et au TRH
o   Le test à la TRH est utilisé pour évaluer la réserve antéhypophysaire en TSH.
-  Axe prolactinique : taux de prolactine
- Axe gonadotrope :
o   Dosage du 17βestradiol, testostérone, FSH, LH
o   Test au progestatif, test à la LH-RH
o   Le test à la LH-RH permet de situer la cause de l’insuffisance hormonale (impubérisme, insuffisances gonadiques).
2- Bilan topographique : à la recherche d’un adénome hypophysaire.
§  Radiographie du crâne (centré sur la selle turcique)
§  TDM et IRM :
o   Visualise la tumeur dès que son volume atteint 2mm
o   Etudier les rapports de la tumeur avec les structures avoisinantes.
§  Bilan ophtalmique : acuité visuelle, champ visuel et fond d’œil
Axe hypothalamo-hypophysaire : physiologie et exploration Reviewed by Nabil CH on 16:09 Rating: 5
All Rights Reserved by Cours De Medecine © 2014 - 2016

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.